Valeurs de l'Alliance, adaptation de l'OTAN et rôle de la diplomatie parlementaire sous les feux de la rampe, alors que le président Mesterhazy termine sa première visite à Washington D.C.

07 février 2020

Bruxelles/Washington, vendredi 7 février 2020 – « L'OTAN reste le fondement de notre sécurité et un gage de stabilité pour nos partenaires ». C'est l’un des messages principaux qu'Attila Mesterhazy (Hongrie), président faisant fonction de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN (AP-OTAN), a délivré lors de sa première visite présidentielle à Washington D.C. « Sa force réside dans ses prouesses militaires, économiques et technologiques, dans notre volonté de nous défendre mutuellement et dans notre engagement envers les valeurs de démocratie, de libertés individuelles, des droits humains et de l'État de droit. L'AP-OTAN soutient toutes ces dimensions par le biais d’un réseau de diplomatie parlementaire ». 

Au cours de trois jours de réunions avec des membres du Congrès, des responsables de l'administration et des experts de groupes de réflexion, le président Mesterhazy s'est concentré sur le rôle de la diplomatie parlementaire dans le renforcement du lien transatlantique, la défense des valeurs démocratiques qui sous-tendent l'OTAN et le soutien à l'adaptation de l'Alliance aux défis d'aujourd'hui et de demain. 

Le mercredi 5 février, le président Mesterhazy a témoigné devant la Commission américaine d'Helsinki sur Pouvoir et finalité de la diplomatie parlementaire : Les initiatives interparlementaires et la contribution des États-Unis. La Commission d'Helsinki des États-Unis est une commission indépendante composée de membres de la Chambre des représentants, du Sénat et du pouvoir exécutif des États Unis. Elle surveille et encourage le respect de l'Acte final d'Helsinki et d'autres engagements de l'OSCE.

S'exprimant aux côtés du président de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE (AP-OSCE), George Tsereteli (Géorgie), le président Mesterhazy a souligné que « l'AP-OTAN a redoublé d'efforts pour promouvoir et préserver les valeurs démocratiques qui sous-tendent l'OTAN. […] Nous continuerons à protéger et à défendre nos valeurs démocratiques par des discussions franches avec les délégations alliées et partenaires », a-t-il promis. 

Au cours de l'audition et des réunions avec les représentants au Congrès, Gerald E . Connolly, chef de la délégation américaine auprès de l'AP-OTAN, Michael R. Turner, vice-président de l'AP-OTAN, et d'autres membres de la délégation américaine, M. Mesterhazy a remercié le Congrès américain pour son soutien bipartite constant offert à l'OTAN et à l'AP-OTAN, soulignant que l'engagement des États Unis restait absolument vital pour la sécurité européenne. Cet engagement a également été clairement exprimé dans les déclarations faites par le représentant au Congrès Alcee L. Hastings, président de la Commission américaine d'Helsinki, le sénateur Roger F. Wicker, coprésident et d'autres commissaires lors de l'audition.

Mercredi et jeudi, le président Mesterhazy a discuté des priorités 2020 de l'administration américaine pour l'OTAN avec Kathryn Wheelbarger, secrétaire adjointe à la défense pour les affaires de sécurité internationale, et Maureen E. Cormack, secrétaire adjointe principale par intérim au Bureau des affaires européennes et eurasiennes du Département d'État.

Il a souligné la nécessité de maintenir la position ferme de l'OTAN sur la Russie, en insistant sur le fait qu'il ne devrait pas y avoir de dialogue inconditionnel ou de retour aux affaires courantes. Il a également appelé l'OTAN à prendre en compte le défi posé par les ambitions géopolitiques de la Chine et son approche « banque plutôt que chars ». Il a en outre exhorté les parlements et les gouvernements alliés à maintenir leur soutien à la souveraineté, à l'intégrité territoriale et aux aspirations euro-atlantiques de l'Ukraine et de la Géorgie, mettant en garde contre la lassitude et la tentation de considérer ces situations comme des conflits « gelés ». Enfin, il a demandé que l'on continue à accorder une attention particulière aux Balkans occidentaux, avertissant que tout vide laissé par l'Europe et l'Amérique du Nord serait rapidement comblé par d'autres puissances. 

Le président Mesterhazy a développé ces thèmes lors de tables rondes au German Marshall Fund of the United States et au Center for European Policy Analysis.

Il a également souligné l'importance de continuer à renforcer le soutien à l'OTAN au sein de la population des pays alliés. « L'OTAN ne peut pas survivre sans le soutien de l'opinion publique. À une époque de désinformation généralisée, il est devenu plus difficile pour les gouvernements et les parlements alliés d'expliquer à leurs publics pourquoi l'OTAN reste indispensable ». L'AP-OTAN mène des efforts actifs d'ouverture et de communication, a souligné le président Mesterhazy. « Nous devons accorder une attention particulière à notre jeune génération et expliquer que l'OTAN est un véritable investissement dans leur avenir », a-t-il insisté.
 


Grâce à l'aimable autorisation de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE, les photos de cette visite appartiennent au domaine public et sont disponibles sur Flickr.

L'audition "Pouvoir et finalité de la diplomatie parlementaire" peut être visionnée dans son entièreté ici (Anglais uniquement).

Lire aussi

    No related articles