L’OTAN appelée à faire preuve de fermeté à l’égard de la Russie et à accroître ses dépenses en matière de défense

28 mai 2016

Tirana, samedi 28 mai 2016 – L’OTAN doit faire preuve de fermeté face au regain d’agressivité militaire de la Russie et d’une volonté accrue de partager le fardeau de la défense collective, lors du sommet de l’Alliance qui se tiendra en juillet, a déclaré samedi le président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

« L’environnement dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui a changé, la Russie se posant en adversaire de l’OTAN », a indiqué aux journalistes le membre du Congrès américain Michael R. Turner lors de la session de printemps de l’AP-OTAN, qui se tient en Albanie pendant quatre jours. « L’OTAN doit s’imposer à nouveau », a souligné M. Turner, en ajoutant que si le dialogue et la dissuasion doivent être menés en parallèle, « aucune forme de dialogue ne saurait dispenser du besoin de défense collective et de dissuasion, y compris sur le plan nucléaire ».

Le président de l’AP-OTAN a en outre exhorté les 28 pays membres de l’Alliance à rassurer les Alliés situés à proximité des frontières avec la Russie, à savoir les États baltes et les pays d’Europe orientale. L’une des possibilités serait notamment de renforcer la présence avancée de l’OTAN dans la région et de s’assurer que ces renforts peuvent être rapidement déployés en cas de besoin.

Michael R. Turner et Pandeli Majko, chef de la délégation albanaise – laquelle organise la session à Tirana – ont salué la décision de l’OTAN d’inviter le Monténégro voisin à venir rejoindre l’Alliance en tant que 29e membre.

M. Majko a décrit l’événement comme « une excellente nouvelle », en ajoutant que « cela améliorera la stabilité et constituera un exemple pour les autres pays de la région ». M. Turner a indiqué que cette adhésion servira d’exemple pour les nouveaux candidats, et a encouragé « chaque pays de l’OTAN à accélérer la ratification de l’adhésion du Monténégro ».

Le sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays de l’OTAN qui se tiendra en juillet à Varsovie mettra également l’accent sur la nécessité pour les Alliés européens d’accroître leurs dépenses en matière de défense, les États-Unis étant de loin le premier contributeur au budget de l’Alliance.

M. Turner a fait remarquer que seuls cinq Alliés ont atteint ou dépassé l’objectif de 2 % du PIB qui a été fixé pour les budgets de la défense, un chiffre de référence qui a été réaffirmé lors du dernier sommet de l’OTAN au pays de Galles, il y a presque deux ans.

Les parlementaires réunis pour la session de printemps de l’AP-OTAN examineront en outre la réponse apportée par l’OTAN aux divers défis que rencontrent les Alliés, comme par exemple le terrorisme, les conflits en cours en Libye, en Iraq et en Syrie, les vagues de migrants et la prolifération de missiles et d’armes de destruction massive.

Ils passeront également en revue les résultats obtenus par la mission Resolute Support de l’OTAN en Afghanistan – que les ministres des Affaires étrangères ont décidé la semaine dernière de prolonger au-delà de 2016 –, et échangeront des vues sur les défis auxquels l’Ukraine est confrontée.

Cette session, d’une durée de quatre jours, réunira plus de 200 délégués. L’AP-OTAN regroupe des parlementaires des 28 pays membres ainsi que des pays associés, des observateurs et des organisations. Elle représente un lien essentiel entre l’Alliance et les parlements nationaux, et donc avec les citoyens de la zone euro-atlantique.

Lire aussi

    No related articles