Les parlementaires de l'OTAN discutent des risques économiques mondiaux et de la réforme structurelle lors de la réunion du Réseau parlementaire mondial de l'OCDE

28 février 2020

Bruxelles/Paris, le 28 février - Faire face à l'incertitude, au changement climatique et aux révolutions technologiques qui modifient les paradigmes pose des défis radicaux aux décideurs politiques, aux régulateurs et aux législateurs nationaux. Ces défis sont de nature de plus en plus transnationale, et les pays agissant seuls ne peuvent y répondre de manière significative. En effet, la coopération et la coordination transnationales dans toute une série de domaines politiques interdépendants sont essentielles, et les législateurs nationaux devront être au cœur même de ce processus.


Ces thèmes étaient au centre d'une conférence à laquelle ont participé 28 parlementaires de l'OTAN de 11 pays alliés qui ont pris part à la réunion annuelle du Réseau parlementaire mondial de l'OCDE à Paris du 24 au 26 février.  


La délégation de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN était composée de membres de la commission de l’économie et de la sécurité (ESC), dirigé par Ivan Klementjevs (Lettonie), président de la ESC, et de membres de la commission politique, dirigée par Ahmet Berat Conkar (Turquie), vice-président de la sous-commission sur les partenariats de l'OTAN.


Parmi les hauts responsables et les économistes qui se sont adressés aux parlementaires, on peut citer le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, la cheffe économiste de l'OCDE Laurence Boone, le directeur de la Direction de l'éducation et des compétences de l'OCDE Andreas Schleicher, et le directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie Fatih Birol.


La croissance mondiale ralentit actuellement plus que ce que l'OCDE avait prévu, et l'on craint de plus en plus que la montée du protectionnisme ne commence à avoir de réelles répercussions négatives sur la croissance et les attentes au niveau mondial.  L'épidémie de coronavirus a injecté une incertitude encore plus grande sur le marché. Il sera également essentiel de faire face au changement climatique, d'accélérer la transition vers les énergies renouvelables et de conserver des niveaux d'énergie nettement plus élevés, tout en préservant le dynamisme économique.  La meilleure façon de galvaniser l'investissement à ces fins représente cependant un sérieux dilemme politique pour les gouvernements de l'OCDE et les acteurs du secteur privé.


Bien que la technologie, y compris l'intelligence artificielle, joue un rôle déterminant dans la transition à venir, les intervenants et les législateurs présents à la conférence n’ont cessé d’évoquer la nécessité d'une coordination multilatérale des politiques afin de s'assurer que les pays n’aient pas des objectifs contradictoires ou ne s'engagent dans des politiques protectionnistes qui sapent la solidarité mondiale face à ces défis majeurs.  


Les parlementaires réunis à Paris ont également examiné la question controversée mais essentielle de la fiscalité numérique et de l'érosion de l'assiette fiscale, toute une gamme de défis qui doivent également être relevés au niveau mondial si l'on veut y répondre efficacement. Les membres ont appris que l'OCDE travaille avec le G20 pour élaborer un cadre fiscal et de partage d'informations inclusif afin que les gouvernements puissent efficacement faire faire aux défis fiscaux cruciaux que pose une économie de plus en plus numérique et mondialement intégrée. 


Enfin, les systèmes éducatifs devront également évoluer, et de nouvelles approches en matière de formation tout au long de la vie seront de plus en plus importantes pour faire en sorte que les compétences enseignées dans les écoles correspondent mieux aux besoins du marché du travail.  L'étude comparative OCDE-PISA sur les normes internationales d'éducation, publiée récemment, a montré que de nombreux programmes éducatifs nationaux ne parviennent pas à enseigner des compétences pertinentes à un large éventail d'élèves qui, de ce fait, seront désavantagés dans une économie mondiale en rapide évolution.


L'OCDE a travaillé à l'élaboration d'une série de cadres politiques favorables à la croissance et de réformes structurelles que les gouvernements peuvent déployer pour faciliter la transition économique selon des modalités qui soient durables et inclusives sur le plan environnemental et qui permettent donc de combler les écarts de richesse toujours plus importants, tant dans les pays de l'OCDE qu’au sein de la communauté internationale au sens large.
La réunion du Réseau parlementaire mondial de l'OCDE a rassemblé 165 parlementaires de 45 pays ainsi que des fonctionnaires parlementaires.  


________________________________

Les photos de cet évènement appartiennent au domaine public et sont disponibles sur le compte Flickr de l'Assemblée.