Les législateurs exhortent l'OTAN à investir davantage dans la sécurité atlantique et l'état de préparation militaire

02 juin 2019

Bratislava, le 1er juin 2019 - Les législateurs de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN ont exhorté samedi les gouvernements des pays de l'Alliance à investir davantage dans les principaux moyens maritimes nécessaires pour contrer les menaces croissantes que la Russie fait peser sur la sécurité dans la zone nord-atlantique, ainsi qu'à maintenir un solide programme d'exercices militaires permettant d'améliorer la préparation des forces alliées.

« Le renforcement de la présence militaire russe fait peser de nouvelles menaces sur la liberté de manœuvre des Alliés dans l'espace transatlantique, qui leur est vital », a averti le parlementaire britannique Sir Nicholas Soames, qui a présenté un projet de rapport sur la sécurité atlantique à la session de printemps de l'AP-OTAN, qui se tient cette année à Bratislava.

« Au cours des deux dernières décennies, les Alliés ont néanmoins retiré ou déclassé la plupart de leurs moyens de cette zone », a déclaré M. Soames à la commission de la défense et de la sécurité de l'Assemblée. « La vulnérabilité stratégique des Alliés dans l'Atlantique Nord est une préoccupation croissante. »

À l'instar de plusieurs autres projets de rapports, M. Soames souligne dans son texte la nécessité de renforcer les défenses de l'OTAN face aux défis de sécurité croissants émanant de la Russie et d'ailleurs. Il y formule des recommandations à l'intention des gouvernements alliés pour qu'ils maintiennent le contrôle d'un théâtre qui « représente l'incarnation même de l'Alliance transatlantique ». 

Il s'agit notamment de moderniser les bases militaires situées à des positions stratégiques autour de l'Atlantique, d'annuler les coupes dans les flottes navales, qui ont réduit de moitié le nombre de destroyers, frégates et sous-marins depuis la guerre froide, d'investir dans des avions de patrouille maritime modernes, de construire des infrastructures pour faciliter le passage des troupes dans l'Atlantique et de renforcer les capacités anti-sous-marines pour les entraînements et les exercices.

Dans un autre projet de rapport, la députée portugaise Lara Martinho recommande un programme renforcé d'exercices militaires visant à améliorer la préparation et la coopération entre les forces alliées.

« Au fur et à mesure que la Russie étend ses capacités militaires, il est essentiel d'établir un calendrier d'exercices plus intensif et rigoureux pour mettre à l’épreuve et certifier la posture de défense et de dissuasion en évolution mise en place par l'OTAN », a déclaré Mme Martinho.

De tels exercices peuvent également jouer un rôle crucial en mettant en évidence les améliorations possibles, concernant notamment les obstacles à la mobilité militaire et la nécessité d'améliorer les infrastructures telles que les routes et les ponts.

Un autre projet de rapport examine plus en détail les efforts de reconstruction des capacités de lutte anti-sous-marine (ASM) de l'OTAN qui, selon la rapporteure, se sont atrophiées jusqu'à atteindre des niveaux dangereux. 

« L’OTAN ne peut plus laisser perdurer une situation où ses capacités de lutte ASM risqueraient d’être insuffisantes », déclare la parlementaire canadienne Leona Alleslev dans le projet de rapport de la commission des sciences et des technologies de l'AP-OTAN.

Elle a ajouté que l'investissement dans la lutte ASM pourrait être un test de la capacité de l'Alliance à renouer avec une supériorité, qui est en perte de vitesse. « L'avance scientifique et technologique de l'OTAN s'érode », a averti Mme Alleslev. « La lutte ASM est un domaine où les pays de l'OTAN peuvent faire ensemble de grands progrès. »
 

Les photos de la session appartiennent au domaine public ; elles sont disponibles sur le compte Flickr de l’Assemblée.

Suivez la conversation sur @Natopapress | #NATOPABratislava.