L’AP-OTAN manifeste son soutien à l’intégration euro-atlantique de la Géorgie

29 mai 2017

Tbilissi, le 29 mai 2017 – L’Assemblée parlementaire de l’OTAN a adopté, lundi, une déclaration de soutien à l’intégration euro-atlantique de la Géorgie, invitant instamment les gouvernements alliés à apporter un « soutien pratique et politique vigoureux » alors que le pays se rapproche de l’Alliance. 

L’Assemblée, qui s’est tenue pour la première fois en Géorgie, a réaffirmé son soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale du pays et a demandé à la Russie de retirer ses forces militaires des régions géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, occupées illégalement.

“La Géorgie et son peuple ont fait un choix clair : la Géorgie appartient à la communauté euro-atlantique des nations », a déclaré Paolo Alli, président de l’AP-OTAN. L’intégration imminente du Monténégro à l’OTAN est un bon exemple pour les aspirations de la Géorgie, a-t-il ajouté.

“L’adhésion du Monténégro constitue une étape importante pour la Géorgie…et pour tous les autres pays qui aspirent à intégrer l’OTAN », a déclaré M. Alli lors de la session plénière qui s’est tenue en présence du Président et du Premier ministre géorgiens. « C’est un message clair que la porte de l’OTAN est effectivement ouverte, et qu’aucune pression extérieure, de quelque niveau que ce soit, ne peut empêcher les candidats de poursuivre leur objectif d’adhésion ».

Cette session de quatre jours à Tbilissi a ceci de particulier que ce n’est que la cinquième fois que l’AP-OTAN, au cours de ses 60 années d’existence, tient une session dans un pays qui n’est pas membre de l’Alliance transatlantique. M. Alli et plusieurs autres parlementaires se sont rendus sur la ligne de démarcation qui sépare l’Ossétie du Sud occupée du reste de la Géorgie, située à une heure seulement de Tbilissi.

L’Assemblée a invité instamment les gouvernements de l’OTAN à renforcer la dimension politique de l’intégration de la Géorgie à l’OTAN, à créer les conditions permettant  l’octroi d’un plan d’action pour l’adhésion qui l’aidera dans le cadre du processus d’adhésion.

Elle a préconisé d’intensifier les actions de soutien à la Géorgie, notamment en menant des exercices conjoints, en renforçant ses capacités de défense et en améliorant sa capacité à faire face aux menaces hybrides telles que les campagnes de propagande et de désinformation.

“La Géorgie a besoin de tout l’appui qu’elle pourra obtenir pour résister à l’agression de la Russie », a déclaré Rasa Jukneviciene, la parlementaire lituanienne qui a présenté la déclaration. « Je suis convaincue qu’un jour la Géorgie et l’Ukraine deviendront des membres de premier ordre de l’OTAN ». 

Le président géorgien, Giorgi Margvelashvili, s’est lui aussi déclaré confiant que la Géorgie deviendra membre de l’OTAN. « Nous attendons avec patience le jour où l’Alliance décidera de devenir plus forte en acceptant la Géorgie en son sein », a-t-il déclaré à la session. « Je crois que ce jour n’est pas très loin ».  

La déclaration de l’AP-OTAN, réaffirmant l’attachement de l’Assemblée à la politique de la porte ouverte de l’Alliance pour toutes les démocraties européennes,  souligne que  l’adhésion est une décision des Alliés et du pays candidat qui « ne peut être influencée par une pays tiers ».

Les progrès constants vers l’intégration montrent que le pays est sur la bonne voie grâce aux efforts accomplis pour se mettre en conformité avec les normes démocratiques occidentales, a déclaré le Premier ministre, Giorgi Kvirikashvili. « Nos progrès continus vers l’intégration à l’UE et à l’OTAN confirment le succès de la transformation et des réformes entreprises par la Géorgie », a-t-il précisé.

Les parlementaires de l’OTAN ont également exprimé leur soutien à l’Ukraine qui est confrontée à l’agression russe. Andriy Parubiy, président du parlement ukrainien, intervenant devant l’Assemblée, a déclaré : « l’Ukraine et la Géorgie sont en première ligne, ils sont en quelque sorte les bastions du monde libre, stoppant l’agresseur ». « L’intégration à l’OTAN est la clé vers notre liberté ».