La visite d’une délégation de l’AP-OTAN à Belgrade souligne la solide coopération entre l’OTAN et la Serbie malgré la persistance de fausses idées reçues sur l’Alliance et sur son rôle régional dans le pays

09 mai 2018

Belgrade, le 27 avril 2018 – La coopération politique et militaire entre la Serbie et l’OTAN est à son plus haut niveau depuis plusieurs décennies. L’armée serbe entretient avec l’OTAN une coopération largement plus importante qu’avec toute autre organisation ou État-nation. Pourtant, comme l’ont déclaré des représentants serbes à la délégation de la commission de la défense et de la sécurité de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN sur place, la Serbie défend fermement sa politique de neutralité militaire et préfère maintenir son partenariat avec l’alliance nord-atlantique au niveau actuel. De leur côté, les membres de la délégation de l’AP-OTAN ont exprimé leur soutien quant à la décision souveraine de la Serbie de rester militairement neutre ainsi que leur encouragement quant aux efforts assidus entrepris par la Serbie pour adhérer à l’Union européenne.

Au cours d’une réunion avec les présidents des commissions des affaires étrangères, de la défense, et des affaires intérieures et de l’intégration européenne du parlement serbe, Joao Rebelo (Portugal), président de la sous-commission sur l’avenir de la sécurité et des capacités de défense (DSCFC), a assuré à ses collègues du parlement serbe : « L’AP-OTAN respecte les choix de la Serbie concernant l’OTAN et l’UE, et nous applaudissons le rôle important et positif que joue la Serbie en matière de sécurité internationale. » M. Rebelo a ajouté qu’il était « réconforté par le rapprochement des relations entre le parlement serbe et l’AP-OTAN, ce qui revêt une importance croissante alors que la Serbie prend désormais un rôle de premier plan dans le maintien de la paix et de la stabilité de la région ».

Depuis l’adhésion de la Serbie au programme du Partenariat pour la paix en 2006, le partenariat entre l’OTAN et la Serbie a pris de l’ampleur. Les interlocuteurs serbes ont souligné que l’intérêt commun pour la paix dans Balkans occidentaux était un facteur essentiel de cette solide relation. Ainsi, en 2015, l’OTAN et la Serbie ont renforcé leur coopération sur les questions de sécurité par l’approbation par la Serbie d’un plan d'action individuel pour le partenariat (IPAP). L’IPAP constitue une avancée importante dans les relations entre l’OTAN et la Serbie, car il permet aux deux parties non seulement d’approfondir le dialogue politique, mais aussi de renforcer la coopération pratique sur le terrain dans la région et dans leurs efforts communs en faveur de la paix et de la sécurité internationales.

Les représentants serbes ont rapidement fait savoir que, malgré leur désir de neutralité militaire, le Kosovo restait une question de sécurité centrale. Comme l’a déclaré le ministre serbe de la Défense Aleksandar Vulin à la délégation : « L’indépendance du Kosovo reste inacceptable à nos yeux, et, par conséquent, nous maintenons notre opposition à l’idée de créer une armée permanente pour le Kosovo, laquelle est interdite par la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations-Unies. » « Nous remercions l’OTAN de maintenir la paix et la sécurité dans la région par la présence continue de la KFOR », a-t-il continué. L’opération KFOR de l’OTAN est sur place depuis la fin du conflit au Kosovo en 1999, où elle maintient un environnement sûr et assure la liberté de circulation pour tous au Kosovo.

La solide coopération militaire entre la Serbie et l’OTAN va se maintenir en 2018. Les représentants serbes ont noté que le pays participerait à plus de 200 exercices militaires cette année et accueillerait plusieurs exercices régionaux d’envergure, tels que SRBIJA 2018, visant à améliorer l’interopérabilité des forces régionales et internationales dans les opérations internationales d’intervention en cas de catastrophe.

Malgré une coopération élevée, le sentiment anti-OTAN et les fausses idées reçues concernant l’Alliance persistent en Serbie. Comme l’a déclaré la première ministre serbe Ana Brnabic à la délégation : « Avant de prendre mes fonctions, je pensais que la majorité de notre coopération militaire était avec la Russie, mais j’ai été surprise par les chiffres que j’ai constaté. L’OTAN est de loin notre premier partenaire militaire, et même notre coopération bilatérale avec les États-Unis dépasse celle que nous entretenons avec la Russie. » Alors qu’environ 52 % de la population serbe est favorable à l’adhésion à l’Union européenne, moins de 20 % de la population se dit en faveur de l’OTAN. Le sentiment pro-européen chuterait au niveau du sentiment favorable à l’OTAN si la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo était une condition d’adhésion.

En plus des réunions avec les parlementaires serbes, la première ministre et le ministre de la Défense, la délégation de l’AP-OTAN a également rencontré les représentants d’un think-tank local. La délégation a aussi assisté à une démonstration dynamique de la flottille fluviale des forces armées serbes à Novi Sad. Un rapport complet de la visite sera disponible sur le site internet de l’AP-OTAN dans les semaines qui viennent.