La visite de la commission de la défense et de la sécurité en Chine met en lumière d'importantes divergences de perception

24 juin 2019

Bruxelles - L'expansion rapide de la Chine est en train de changer la donne à l'échelle mondiale. Sa puissance économique croissante affecte toutes les dimensions des affaires internationales, y compris les questions de paix et de sécurité. Afin de mieux comprendre le point de vue de la Chine sur une série de questions de sécurité internationale critiques, une délégation de la sous-commission sur l’avenir de la sécurité et des capacités de défense (DSCFC) s'est rendue à Pékin et Shanghai du 10 au 14 juin. Joao Rebelo (Portugal), président de la DSCFC, a dirigé la délégation de 13 parlementaires issus de neuf États membres de l'OTAN.


La visite a mis en évidence d'importants écarts de perception entre la Chine et l'Occident sur un certain nombre de questions. À plusieurs reprises, les interlocuteurs chinois ont exprimé leur consternation devant ce qu'ils percevaient comme des mesures agressives de la part des États-Unis dans le domaine du commerce international, une tendance qu'ils craignaient de voir se répandre dans d'autres domaines. La Chine bénéficie depuis longtemps de pratiques commerciales internationales qui ont facilité la croissance remarquable de son empreinte économique mondiale tout en protégeant son marché intérieur d'une hausse parallèle des investissements internationaux. L'objectif de la communauté internationale, en conférant de tels avantages économiques à la Chine au cours des dernières décennies, a été d'encourager le pays à devenir un « acteur responsable » dans un système international qui soutient son essor. 


Les actions récentes de la Chine ont amené beaucoup à croire que cette politique a échoué et que la Chine cherche plutôt à changer les normes internationales par ses actions contraires. Qu'il s'agisse de ses actions sur les territoires contestés de la mer de Chine méridionale, du manque de leadership sur la question nucléaire nord-coréenne ou des moteurs de l'ambitieuse initiative Une ceinture, une route, la perception internationale des intentions chinoises est en train de changer. La stratégie de sécurité nationale la plus récente des États-Unis reflète ce fait, qualifiant la Chine de rivale de force stratégique quasi-égale avec la Russie, et sa nouvelle stratégie indo-pacifique met fortement l'accent sur les droits de tous les pays à la liberté de navigation dans les eaux internationales.


Le différend commercial entre les États-Unis et la Chine a déterminé la forme et le ton de la semaine de rencontres entre la délégation de la DSCFC et les interlocuteurs chinois du Congrès national du peuple (PNC), de l'Armée populaire de libération (APL), des groupes de réflexion et de l'Université Fudan. Face à une délégation européenne et canadienne, les intervenants chinois ont cherché à dépeindre les États-Unis comme un partenaire peu fiable avec lequel aucun accord stable ne peut être conclu. Comme l'a dit Mme Fu Ying, vice-présidente de la commission des affaires étrangères de la PNC, les États-Unis ont récemment adopté une position plus ferme à l'égard de la Chine : « C'est un tigre qui attaque un panda ; le panda veut juste manger et dormir. » 


Mme Fu a poursuivi en notant qu’il existe depuis longtemps un déséquilibre commercial profond entre les États-Unis et la Chine, les États-Unis vendant principalement des produits agricoles en Chine, tandis que la Chine vend les produits manufacturés finis aux États-Unis. La délégation a toutefois entendu à maintes reprises, lorsqu'elle a évoqué le vol de technologie bien documenté de la Chine, la réponse suivante : « Pourquoi volerions-nous la technologie des États-Unis ou d'autres pays alors que la nôtre est meilleure ? » Ce reproche a été répété lorsqu'il a été fait référence à la controverse actuelle sur les efforts déployés par l'entreprise chinoise de télécommunications Huawei pour dominer les futurs réseaux 5G.


Cependant, un paradoxe intéressant dans cette défense répétée de l'espionnage économique chinois est cependant l’aveu par Mme Fu, ainsi que par d'autres interlocuteurs, que certaines plaintes commerciales des États-Unis étaient fondées, en particulier en ce qui concerne les violations des lois chinoises sur la propriété intellectuelle. Pourtant, le sentiment prédominant était que les États-Unis et par extension leurs alliés, essayaient d'intimider la Chine maintenant qu'ils étaient sérieusement confrontés à son essor réussi. 


Le rôle de la Chine dans les affaires de sécurité internationale s'est considérablement accru parallèlement à son essor économique. Depuis les années 90, la Chine participe de plus en plus aux opérations de maintien de la paix des Nations unies, envoyant plus de 36 000 personnes dans plus de 30 opérations de paix au cours des dernières décennies. La Chine dépense plus et participe à plus d'opérations de paix de l’ONU aujourd'hui que tout autre membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies. 


Les investissements dans une APL moderne et tournée vers l'extérieur ont également augmenté de manière significative. Des représentants ont indiqué à la délégation que la Chine investissait environ 7-8 % de son budget total chaque année (environ 180 milliards de dollars américains) pour moderniser et restructurer l'APL. Il en résulte des forces armées beaucoup plus avancées sur le plan technologique et dotées d’une portée mondiale dans les cinq domaines – terrestre, aérien, maritime, spatial et cybernétique. 


Le président de la délégation, M. Rebelo, s'est efforcé d'élargir les discussions tout au long de la semaine pour aborder l'idée d'une coopération plus large entre l'OTAN et la Chine sur les questions de sécurité internationale, telles que le terrorisme international et la lutte contre la piraterie, suggestion qui a suscité un intérêt limité. Les responsables chinois ont déclaré aux délégués que la position de la Chine sur la lutte contre le terrorisme international a toujours été claire et cohérente - la Chine combattra le terrorisme sous toutes ses formes. Les interlocuteurs chinois ont rejeté les critiques à l'égard de la politique antiterroriste de la Chine, qui a fait l'objet d'un examen minutieux de la part de la communauté internationale ces dernières années en raison de sa politique à l'égard de la population ouïghoure musulmane en Chine occidentale.


L'OTAN n'a pas non plus été épargnée par les critiques chinoises. En effet, des interlocuteurs de tout l’ensemble du paysage politique n’ont cessé de déclarer à la délégation que si l'OTAN peut prétendre promouvoir la paix et la sécurité internationales, elle le fait à l'exclusion de la Russie et de la Chine. Les interlocuteurs ont noté qu'une telle exclusion ne ferait que diminuer la pertinence de l’Alliance à l'avenir. L'une des principales raisons, selon beaucoup, était la coopération croissante entre Pékin et Moscou à tous les niveaux. Comme l'a déclaré M. Chen, président de l'Institut d'études internationales de Shanghai (SIIS), « les différends de longue date entre la Russie et la Chine ont été réglés ; un profond changement structurel est en cours et la Chine et la Russie reconnaissent avoir des valeurs et des normes communes, qui donneront le ton à une future coopération renforcée ».


Joao Rebelo a souligné à plusieurs reprises devant ses interlocuteurs chinois ce qu'il espérait réaliser avec cette visite de la délégation : « Nous voyons un environnement stratégique mondial changeant qui nécessite une coopération accrue. La coopération interparlementaire est un moyen clair de commencer à atténuer les défis posés par la complexité de l'environnement sécuritaire mondial. Malgré des points de vue divergents sur de nombreuses questions, nous espérons trouver les moyens de développer à l'avenir une relation de coopération entre l'AP-OTAN et la Chine. » Là encore, la suggestion n'a suscité qu'un intérêt limité. 


Mme Fu a déclaré à la délégation que la position de la Chine en matière de sécurité internationale était fondée sur une paix globale. Elle a déclaré que, bien que la Chine n'ait pas de relations formelles avec l'OTAN, Pékin espère que " les actions futures de l'OTAN pourront être basées sur des normes communes de relations internationales afin de promouvoir une sécurité internationale élargie ". Tout au long de la visite, la délégation s’est efforcée de répondre à la question inquiétante de savoir ce que la Chine entend exactement par normes communes définissant la coopération internationale en matière de sécurité. 


Un rapport succinct de la visite de la délégation sera publié sur le site internet de l'AP-OTAN dans les semaines à venir.