La Macédoine du Nord, un exemple à suivre pour l’OTAN et l’Union européenne en matière de réformes, selon l’AP-OTAN

02 juin 2019

Bratislava, le 1er juin 2019 – Les réformes engagées par la République de Macédoine du Nord et les progrès qu’elle a ainsi accomplis sur le chemin de l’accession à l’OTAN illustrent de manière éloquente ce que peut entreprendre un pays en quête d’intégration. Tel est le message adressé ce samedi aux membres de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

« L’accession à l’OTAN stimule les efforts de réforme, rassure les marchés et attire les investissements étrangers » dans la région, a déclaré Menno Knip (Pays-Bas) au nom de la parlementaire lituanienne Ausrine Armonaite (Lituanie), à ses homologues de la commission de l’économie et de la sécurité (ESC) de l’Assemblée, « sans compter qu’elle renforcera la stabilité intérieure de la République de Macédoine du Nord  ». L’Alliance et l’Union européenne sont ainsi exhortées à tenir leurs promesses et à maintenir la porte ouverte aux Balkans occidentaux.

Connue encore récemment sous l’appellation d‘« ex-République yougoslave de Macédoine », la République de Macédoine du Nord se trouvait en 2001 au bord de la guerre civile quand un accord de paix négocié avec le concours de l’OTAN et de l’OSCE a officiellement mis un terme aux hostilités. Les pays alliés ont supervisé la transition post-conflit. 

Mais les progrès en matière de réformes au cours des 18 années qui ont suivi ont été pour le moins inégaux. La résolution, il y a un an, du différend qui opposait Athènes et Skopje au sujet du nom du pays a toutefois ouvert la voie à l’accession du pays à l'OTAN comme son 30e membre, sans doute d’ici la fin de cette année. En retour, cela a donné un nouvel élan aux efforts en matière de réformes. 

Dans un projet de rapport consacré au processus de transition que connaît le pays et aux efforts déployés par celui-ci dans la perspective de son adhésion, Mme Armonaite prend acte des mesures destinées à garantir le financement équitable des médias et une responsabilisation accrue de la police secrète, tout en garantissant les droits de l’importante minorité albanaise de souche.

Cette semaine, la branche exécutive de l’Union européenne a recommandé aux États membres de lancer des négociations d’adhésion, mais il est encore impossible de dire si l’ouverture de telles négociations sera rapide. Le projet de rapport insiste sur la nécessité de respecter les aspirations euro atlantiques du pays, et signale qu’il pourrait s’avérer dangereux de retarder davantage ce processus. 

« La République de Macédoine du Nord a clairement manifesté sa volonté d’intégrer la zone euro-atlantique. Le Conseil européen qui se tiendra en juin devrait se prononcer sur la possibilité d’entamer des négociations d’adhésion », a indiqué aux membres de la commission la députée française Françoise Dumas.

Selon M. Knip, « cela fait plus de 20 ans que la Macédoine du Nord aspire à entrer dans l’OTAN. Son maintien à l’écart de l’Alliance pendant si longtemps a eu des conséquences fâcheuses pour sa transition politique et économique. La communauté euro-atlantique doit tirer la leçon de cet état de fait et se prononcer sans réserve pour la réforme et l’intégration dans la région. »

Toutefois, ce projet de rapport souligne également que la Macédoine du Nord reste confrontée à une série de problèmes et il pointe notamment l’ampleur des réformes juridiques et judiciaires requises pour permettre à une économie encore balbutiante de combler son écart par rapport aux normes européennes.

D’autre part, le pays est profondément divisé : certains dans les rangs de l’opposition veulent revoir divers passages de l’accord de Prespa, qui a mis un terme au différend de plusieurs décennies avec la Grèce à propos du nom du pays. En outre, des tensions ethniques subsistent ; elles devront être gérées et apaisées à long terme.

Enfin, d’autres problèmes – extérieurs ceux-là – guettent la Macédoine du Nord. Le potentiel déstabilisateur de la Russie constitue lui aussi un défi de taille, d’autant qu’une campagne de désinformation est venue interférer avec le référendum sur le changement de nom.
 

Les photos de la session appartiennent au domaine public ; elles sont disponibles sur le compte Flickr de l’Assemblée.

Suivez la conversation sur @Natopapress | #NATOPABratislava.