La commission permanente de l'AP-OTAN examine la crise de la COVID-19, le traité « Ciel ouvert » et la voie à suivre

29 mai 2020

Pour la première fois à l'Assemblée parlementaire de l'OTAN (AP-OTAN), les membres de la commission permanente - l'organe exécutif de l'Assemblée - se sont réunis à distance pour discuter de la réponse à la crise sans précédent du coronavirus et de ses conséquences ainsi que d'autres questions cruciales en matière de sécurité transatlantique. 

« Nos pays ont déjà traversé une crise inédite au cours des derniers mois. Mais la crise sanitaire n'est pas encore terminée. Elle continuera d'avoir un profond impact pendant de nombreux mois encore, peut être même des années après que le virus aura été maîtrisé », a déclaré le président Attila Mesterhazy (Hongrie) aux délégués lors de l'ouverture de la réunion.

 « Il est primordial que nous puissions continuer à nous réunir pendant cette période, même si nous ne pouvons le faire en personne. Depuis le début, nous avons ouvert de nouvelles voies pour poursuivre notre important travail. En tant que législateurs représentant tous les pays de l'OTAN, nous devons aborder de front toutes les questions qui affectent l'Alliance.  Nous devons avant tout discuter de la manière de nous extirper de cette crise et des premiers enseignements à en tirer ». 

Les délégués ont engagé des discussions approfondies sur la manière dont la pandémie pourrait affecter l'Alliance, et notamment des conséquences potentielles sur la planification, les politiques et les budgets de défense nationaux. 

En examinant la réponse de l'Assemblée à la crise de la Covid-19, la commission permanente a approuvé la tenue de nouvelles réunions virtuelles, la rédaction de six projets de rapport spéciaux et examine d'autres moyens de relever les défis actuels. 

« Cette crise ne doit cependant pas détourner l'attention des autres priorités internationales. Les défis et menaces auxquels nous étions confrontés auparavant n'ont pas disparu. Certains acteurs pourraient même être tentés de tirer profit de la situation. Nous devons être prêts à faire face à de tels scénarios », a déclaré le président Mesterhazy. 

Au cours d'un large échange de vues, un point essentiel a porté sur les récents développements concernant le traité "Ciel ouvert" et, plus largement, sur les réponses à apporter au non-respect persistant par la Russie de ses obligations internationales.  

« Aujourd'hui, j'ai entendu les membres de la commission permanente convenir que l'Alliance doit rester engagée en faveur de l’efficacité concernant la maîtrise des armements, le désarmement et la non prolifération, tout en tenant compte de l'environnement de sécurité actuel, et que la Russie doit de toute urgence revenir au respect intégral de ses engagements au titre du traité », a déclaré le président Mesterhazy. 

Les parlementaires ont également débattu de l'adoption, par le parlement chinois ce jeudi, de l'extension à Hong Kong de lois controversées sur la sécurité nationale. « Plusieurs membres ont exprimé leurs vives et sérieuses préoccupations concernant cette loi, qui pourrait avoir de graves conséquences sur le statut de ce territoire », a souligné le président Mesterhazy.

Enfin, la commission permanente a discuté de plusieurs questions relatives aux affaires internes de l'Assemblée. Elle a notamment confirmé le président Mesterhazy et les vice-présidents Philippe Folliot (France) et Karl A. Lamers (Allemagne), qui assuraient jusqu’ici des fonctions intérimaires, dans leurs postes respectifs.  

La commission permanente de l’AP-OTAN se compose du/de la chef(fe) de chacune des 30 délégations membres, des membres du Bureau, des présidents de commissions et du Groupe spécial Méditerranée et Moyen Orient. Elle est présidée par le président de l’Assemblée.