Des officiels sud-coréens manifestent l’espoir que le sommet Moon-Kim aboutira à une issue concernant le programme nucléaire nord-coréen

26 septembre 2018

Séoul / Bruxelles, le 26 septembre 2018 – Les officiels sud-coréens ont bon espoir que le récent sommet entre leur président, Moon Jae-In, et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un contribuera à mettre fin à l’impasse concernant le programme nucléaire nord-coréen. Tel est le message reçu par une délégation de parlementaires de l’Assemblée parlementaire de l'OTAN en visite à Séoul et dans la zone démilitarisée.

Les échanges entre des membres de l’Assemblée nationale de République de Corée (Corée du Sud) et la délégation ont principalement souligné l’importance d’arriver à un accord sur la dénucléarisation de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Des avancées sur la question nucléaire contribueraient fortement à réduire les tensions dans la péninsule coréenne et selon Cho Hyun, vice‑ministre des affaires étrangères et les députés rencontrés, il s’agit là d’une priorité absolue pour le gouvernement du président Moon Jae-in. En rappelant aux parlementaires de l’OTAN qu’il y a eu à la fois des progrès et des revers dans la gestion des difficultés soulevées par la RPDC en matière de sécurité, Cho Hyun et d’autres officiels sud-coréens ont déclaré qu’il était « grand temps de faire un nouveau pas en avant ». La visite de la délégation de l’AP-OTAN a eu lieu à un moment particulièrement opportun, puisque se tenait le sommet qui réunissait à Pyongyang les présidents des deux Corées, Moon Jae-In et Kim Jong-un.
Il est grand temps de faire un nouveau pas en avant 
Si les représentants de la Corée du Sud ont montré bon espoir que le sommet mette fin à l’actuelle impasse des négociations entre les États-Unis et la Corée du Nord, ils ont aussi reconnu que le régime de Pyongyang ne manifestait pas assez clairement l’intention de renoncer à ses armes nucléaires. Même si la Corée du Sud continue à respecter les sanctions appliquées à l’encontre de sa voisine du Nord, elle serait toutefois prête, selon les témoignages reçus par la délégation, à apporter à la RPDC une assistance économique, pour autant que celle-ci renonce à son programme nucléaire. Les officiels sud-coréens ont en outre insisté sur l’importance d’une présence militaire américaine sur leur territoire, et de son maintien même après une éventuelle réunification des deux Corées.

Lors de cette visite, les questions de sécurité dans la région tout comme les relations entre la Corée du Sud et l’OTAN ont également été abordées. Les hauts responsables à Séoul ont signalé le rôle prépondérant de la République populaire de Chine en matière de sécurité régionale et internationale. Ahn Gyu-back et Kang Seok-ho, respectivement présidents de la commission de la défense et de la commission des affaires étrangères et de la réunification à l’Assemblée nationale, ont remercié la délégation pour l’intérêt constant de l’AP-OTAN et pour son soutien envers leur pays. Les interlocuteurs coréens de la délégation ont confirmé que la Corée du Sud et l’OTAN partageaient les mêmes valeurs, ce qui devrait les amener à réfléchir sur la façon de coopérer plus étroitement, parallèlement à une recherche de coopération renforcée entre l’Assemblée nationale coréenne et l’AP-OTAN.

Les parlementaires de l’OTAN ont visité Séoul et la zone démilitarisée du 17 au 20 septembre 2018. Lors de son séjour en République de Corée, la délégation a rencontré le président de l’Assemblée nationale, des membres de la commission de la défense et la commission des affaires étrangères et de la réunification de l’Assemblée coréenne, ainsi que le vice-ministre des affaires étrangères.

Les parlementaires de l’OTAN ont également rencontré des représentants de plusieurs missions diplomatiques alliées ainsi que Signe Poulsen, représentante du bureau local du haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. Au cours d’une visite de la zone démilitarisée, le lieutenant-général Wayne Eyre, commandant-adjoint du commandement des Nations Unies, et le lieutenant-général Kenneth S. Wilsbach, commandant-adjoint des forces américaines en Corée, ont informé les délégués de la situation en matière de sécurité dans la péninsule coréenne et dans la zone démilitarisée en particulier. La délégation, composée de membres de la sous-commission sur les relations transatlantiques (PCTR) de la commission politique, réunissait 11 parlementaires de sept pays membres de l’OTAN. Elle était dirigée par Ahmet Berat Conkar (Turquie), président de la sous‑commission sur les relations transatlantiques.

L’Assemblée nationale de la République de Corée fait partie de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN en qualité d’observateur parlementaire. Un rapport détaillé sur la mission de la PCTR en Corée du Sud sera posté dans les meilleurs délais sur la page de la commission politique.

Un album photos de la visite est disponible ici : https://www.flickr.com/photos/natopa/albums/72157671493068447