Covid-19, processus de réflexion de l'OTAN, Ukraine et Traité “Ciel Ouvert” à l'ordre du jour de la réunion du Bureau de l'AP-OTAN

27 mai 2020

Le Bureau de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN (AP-OTAN) a tenu aujourd’hui une nouvelle réunion par visioconférence pour débattre de la crise du coronavirus et de la réponse de l'Assemblée. 

"Il va de soi que nous préférerions tous nous rencontrer en personne. Dans l’impossibilité de ce faire, il est toutefois très important que nos parlements restent en mesure d’échanger leurs points de vue sur les réponses nationales et collectives face à la crise de la Covid-19", a souligné le président en fonction de l'AP OTAN, Attila Mesterhazy (Hongrie). 

“J’anticipe un rôle de premier plan pour notre Assemblée dans les mois à venir, grâce à une analyse des multiples dimensions de cette crise mondiale qui nous permettra d’en tirer des leçons", a déclaré le M. Mesterhazy à ses homologues.

Au cours de cette réunion, les membres ont discuté de l'impact de la crise de la Covid-19 sur leurs pays et parlements respectifs et ont examiné la meilleure manière pour l'Assemblée de s’y adapter ainsi que les prochaines étapes à cet égard.

L'Assemblée a d’ores et déjà prévu un certain nombre de visioconférences relatives à l'impact à court et à long termes de la crise de la Covid-19 et toutes ses commissions préparent actuellement des projets de rapport spéciaux qui aborderont le large éventail de questions et de défis liés à cette crise. 

"Alors que nous faisons face à cette crise aiguë, les autres défis et menaces n'ont pas disparu. En effet, certains acteurs pourraient même exploiter cette crise à leurs propres fins. C'est pourquoi nous n’avons pas occulté un certain nombre d'autres questions importantes sur le plan de la sécurité internationale", a déclaré le président Mesterhazy. 

Aussi, au cours de cette réunion, les points suivants ont également été abordés :
- l'avenir du traité "ciel ouvert" à la lumière de la mise en œuvre sélective et de l'utilisation abusive dudit traité par la Russie, qui se poursuit déjà depuis longtemps et qui a conduit les États-Unis à annoncer leur intention de s’en retirer ;

- la contribution de l'Assemblée au processus de réflexion du secrétaire général de l'OTAN sur le renforcement de la dimension politique de l'OTAN ;

- la situation politique et sécuritaire en Ukraine, où la session de printemps de l'AP-OTAN aurait dû se dérouler au début de cette semaine.