COVID-19: Entretien avec Zaida Cantera sur la coopération de l'Alliance, l'état de préparation des forces armées et la reprise économique

06 mai 2020

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l'Espagne et les autres pays alliés ont pu compter sur le soutien des Alliés et de l'OTAN pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Zaida Cantera, cheffe de la délégation espagnole auprès de l'AP-OTAN, évoque les mesures d'urgence prises par son pays pour freiner la propagation du coronavirus, la nécessité d'une solidarité et d'un soutien mutuel au sein de l'Alliance, et le rôle de la diplomatie interparlementaire en temps de crise

4 questions posées à Zaida Cantera de Castro :

I.    Les efforts déployés par les Alliés pour fournir des ressources et une aide humanitaire dirigés vers les pays les plus durement touchés ont été essentiels pour faire face à cette crise internationale sans précédent. Pouvez-vous nous dire comment l'OTAN, à travers des mécanismes tels que le Centre euro atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe, a aidé l'Espagne au cours de la crise ?

Dans le cadre de l'OTAN, le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe s'est révélé être un outil d'assistance flexible et a mis en évidence que l'Organisation est bel et bien présente pour les pays qui la composent et c’est cet engagement de solidarité et de soutien mutuel qui la rend forte. Cela s'est traduit dans la réponse des pays de l’Alliance vis-à-vis de l'Espagne, et nous en sommes sincèrement reconnaissants. 

II.    Quelles mesures supplémentaires l'OTAN et les forces armées qui la composent devraient-elles prendre pour soutenir les réponses nationales et internationale à la crise du Covid-19 ? 

L'une des principales valeurs portées par l'OTAN est de garantir un environnement de sécurité où toutes les ressources sanitaires et industrielles mises à disposition par les différents pays peuvent être consacrées à la lutte contre ce virus. La coordination entre l'OTAN et l'UE reste, en ce sens, un élément clé, puisque les capacités complémentaires offertes par les deux organisations permettent de faire face à cette crise avec toutes les ressources nécessaires. En vertu du principe de non-duplication des efforts, un meilleur soutien peut être apporté à nos citoyens, ce qui renforce en parallèle la résilience de nos sociétés. 

D'autre part, l'Espagne a réaffirmé son engagement concernant les missions et les opérations en cours de l'OTAN et, en coordination avec celle-ci, elle continuera d'exercer des tâches pertinentes dans le contexte de cette crise et elle reste déterminée à reprendre les opérations dans une plus large mesure, lorsque les conditions sanitaires le permettront.
  
Les forces armées des pays de l'OTAN ont fait des efforts remarquables en matière de soutien civil dans la lutte contre le Covid-19, à la hauteur de leurs importantes capacités, notamment en matière de planification, de logistique et d'adaptation aux tâches assignées, ainsi que de la disponibilité et de la disposition de leurs troupes.


III.    En vue de la récession économique, aussi inévitable que profonde, quelles mesures et stratégies devraient être envisagées pour maintenir les engagements de dépenses de défense et assurer une préparation militaire aux défis de sécurité actuels et futurs ? 


L'Espagne, tout en gardant à l'esprit le scénario complexe attendu après la crise engendrée par le Covid-19, poursuivra ses efforts en matière de coordination avec ses Alliés, afin que l'Organisation puisse compter sur tous les outils et les capacités nécessaires pour faire face aux défis futurs. Il est donc essentiel de maintenir des capacités militaires au niveau adéquat pour éviter que ne s'ajoute une crise sécuritaire aux crises sanitaires et économiques. 


IV.    Quel rôle les parlementaires jouent-ils dans cette crise ? Et quel rôle la diplomatie interparlementaire, y compris au sein de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN, peut-elle jouer pour atténuer cette crise et se préparer à une éventuelle prochaine ?
 


En Espagne, les parlementaires jouent un rôle très important dans cette crise. Il incombe au gouvernement, conformément à notre législation et à notre Constitution, de déclarer l'état d'urgence qui lui confère le pouvoir de fixer des limites aux droits et libertés consacrés dans notre Constitution, mais le gouvernement est tenu de rendre des comptes au pouvoir législatif, à qui il se doit de demander une autorisation pour toute demande de prolongation dudit état. Lorsqu'il s'agit de demander ce type de prorogation, les parlementaires jouent un rôle important, car eux seuls exercent un contrôle et une surveillance de l’activité gouvernementale au cours de cette période. Les parlementaires peuvent déposer des amendements, proposer des options alternatives, demander de rendre cet état d’urgence plus flexible, fixer des limites ou même le suspendre. 

La diplomatie parlementaire et interparlementaire deviendra particulièrement pertinente dans le contexte de l’après-Covid-19, car il sera crucial d'établir des mécanismes adéquats pour consolider toujours plus la confiance entre les pays alliés ; cette crise sanitaire sera indéniablement suivie d'une âpre lutte en vue d’une reprise économique qui ne laissera personne derrière (la devise du gouvernement espagnol) : nous sortirons de cette crise ensemble et plus forts. Cette diplomatie doit donc constituer à la fois un encouragement et un stimulus pour nos économies qui sont actuellement au point mort et permettre d'améliorer les échanges commerciaux qui permettront la reprise qui en découle. 
 


Zaida Cantera de Castro, Cheffe de la delegation Espagnole auprès de​ l’AP-OTAN

Lire aussi

SEE MORE