À Batoumi, les législateurs dresseront le bilan d’une décennie de coopération renforcée entre l’OTAN et la Géorgie

22 avril 2018

Batoumi, Géorgie, le 22 avril 2018 – Une rencontre parlementaire internationale de haut niveau est prévue à Batoumi (Géorgie), le 23 avril.

Cette réunion, d’une durée de trois jours, permettra d’évaluer les progrès réalisés par la Géorgie depuis la création de la Commission OTAN-Géorgie et de son équivalent parlementaire, le Conseil interparlementaire OTAN-Géorgie (GNIC), en 2008. Les participants examineront aussi le paysage sécuritaire et politique de l’ensemble de la région de la mer Noire et de l’Asie centrale.

Les dirigeants politiques géorgiens, y compris le président Guiorgui Margvelachvili, le président du Parlement Irakli Kobakhidze, le ministre des affaires étrangères Mikheil Janelidze et le ministre de la défense Levan Izoria, s’adresseront aux participants. L’allocution liminaire sera prononcée par l’éminent spécialiste et auteur britannique, Roy Allison. Les délégués entendront également d’autres représentants du gouvernement, des ambassadeurs et des experts indépendants.

Cette manifestation, consacrée à « La Géorgie et [à] la région de la mer Noire dans le nouvel ordre géopolitique », constitue le 97e séminaire Rose-Roth de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN (AP OTAN). Elle est organisée conjointement avec le Parlement géorgien et bénéficie de l’appui généreux du gouvernement suisse. Ce séminaire rassemblera quelque 200 participants, dont 62 parlementaires de 23 États membres et pays partenaires de l’OTAN.

L’AP-OTAN a tenu une douzaine de séminaires Rose-Roth dans le sud du Caucase depuis le début du programme, en 1991. Il s’agira du cinquième séminaire organisé en Géorgie. Le principal objectif des séminaires Rose-Roth est de faciliter le dialogue entre les législateurs des États membres de l’OTAN et ceux des pays partenaires, sur les questions de sécurité régionale.

L’AP-OTAN a toujours soutenu la politique de la porte ouverte de l’Organisation et a travaillé en étroite collaboration avec le Parlement géorgien pour aider la Géorgie à traduire en réalité ses aspirations à l’adhésion.