Après 70 ans de défense de la démocratie, la protection de nos valeurs est « cruciale pour l’unité de l’OTAN »

03 juin 2019

Bratislava, le 2 juin 2019 – Pour marquer son 70e anniversaire, l’OTAN devrait réaffirmer ses valeurs essentielles de sorte à renforcer son unité face à l’augmentation des défis venant de l’extérieur et de l’intérieur, ont déclaré ce dimanche des parlementaires en provenance de tous les pays de l’Alliance. 

« Si nous, les Alliés, nous ne respectons pas la démocratie, les libertés individuelles et l’État de droit, nous risquons de détruire le lien qui nous unit » a fait observer la parlementaire allemande Ulla Schmidt à ses homologues de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN. « Nous devons adopter une approche plus proactive dans la promotion des valeurs démocratiques ».

Dans leurs projets de rapport, Mme Schmidt et le membre du Congrès des États-Unis, Gerald E. Connolly, ont livré leurs réflexions sur les 70 ans d’existence de l’Alliance transatlantique et sur le futur rôle de l’Organisation alors que l’on commémore la signature du traité de Washington en 1949.

Les cyberattaques, l’extrémisme politique, les fausses nouvelles, l’ingérence dans les élections et les régressions politiques sont autant de nouveaux défis qui se posent aux pays de l’OTAN et à la solidarité de l’Alliance, la Russie étant fréquemment à l’origine de la propagation de ces menaces.

« Les valeurs sur lesquelles l’Alliance a été fondée sont contestées de l’extérieur par des ennemis de la démocratie et de l’intérieur par des tenants de l’illibéralisme », a mis en garde M. Connolly. « Ces forces visent à miner la confiance et le soutien politique envers nos démocraties alliées. Il faut donc renforcer la résilience de nos sociétés face à ces influences ».

Mme Schmidt et M. Connolly ont proposé toute une série de recommandations aux gouvernements alliés pour les aider à renforcer cette résilience. 

Ces recommandations comprennent notamment : la mise à jour du concept stratégique 2010 de l’OTAN de manière à ce que ce document reflète des faits tels que la belligérance de la Russie, l’émergence de la Chine, ainsi que les nouvelles menaces cyber et hybrides ; la création d’un centre de coordination de la résilience démocratique et d’autres nouvelles institutions au sein de l’OTAN en tant qu’organes de contrôle pour les valeurs communes, et de préservation de la démocratie au sein de l’Alliance ; de même que des mesures renforcées pour lutter contre la désinformation, les discours haineux et l’ingérence dans les élections. 

« Peut-être le problème le plus difficile à cerner, et aussi le plus redoutable, est celui qu’engendre la régression de la démocratie au sein de l’Alliance et la polarisation grandissante de larges couches de populations » a souligné M. Connolly. « La montée des nationalismes, sous la plupart des formes qu’elle revêt, s’inscrit idéologiquement en opposition avec l’esprit de coopération internationale, de solidarité et de sacrifice qui guide l’Alliance ».

Les propositions formulées dans les deux projets de rapport doivent être votées par l’AP-OTAN à la session qu’elle tiendra à Londres en octobre prochain. Les deux parlementaires ont également invité l’OTAN à mettre à jour sa politique de communication de sorte à véhiculer des messages positifs et factuels visant à contrer les campagnes de désinformation émanant de la Russie et d’ailleurs. Il s’agira de tendre en priorité la main aux jeunes, les souvenirs de la guerre froide s’estompant toujours un peu plus à chaque nouvelle génération.

M. Connolly a conclu en disant que « l’OTAN demeurait aussi indispensable aujourd’hui qu’elle ne l’a été au cours des 70 dernières années ». Il a salué les hausses des budgets militaires alliés tout en soulignant à quel point il est important que tous les Alliés mettent en œuvre leurs engagements en matière de dépenses, faute de quoi l’unité de l’Alliance risquerait de s’en trouver sapée, a-t-il prévenu. 

Malgré les problèmes, l’OTAN n’a rien perdu de sa vigueur en 70 ans, a ajouté M. Connolly. « Conjuguées entre elles, les capacités militaires de ses membres l’emportent sur celles de n’importe quel autre pays. Seuls les 29 pays alliés peuvent aligner autant de troupes, de chars, d’aéronefs et de navires ».

 

Les photos de la session appartiennent au domaine public ; elles sont disponibles sur le compte Flickr de l’AP-OTAN.
Suivez la conversation sur @natopapress | #NATOPABratislava