PROJET DE RAPPORT GSM 2019 - UNE MISE À JOUR SUR LA SITUATION EN SYRIE

Ahmet Berat CONKAR (Turquie)

26 mars 2019

INTRODUCTION : UN CHAMP DE BATAILLE PROFONDÉMENT MODIFIÉ

Depuis ses prémices, la tragique et sanglante guerre civile en Syrie a mis en exergue de nombreuses lignes de faille qui divisent la région et en menacent la stabilité. Ces lignes de faille ont des implications mondiales et reflètent souvent les rivalités à l’origine des politiques internationales actuelles. De ce fait, on ne peut pas se contenter de parler de simple guerre civile car nous assistons à une sorte de « grand jeu », dont les enjeux sont aussi élevés, tant pour les puissances régionales et étrangères que pour les acteurs non étatiques, que les intérêts sont contradictoires.

Néanmoins, au sein de ce « grand jeu », les conséquences humanitaires sont dramatiques et se sont étendues aux pays voisins, à l’ensemble de la région et jusqu’à l’Europe. La désastreuse crise des réfugiés, qui a obligé des millions de personnes à quitter leur foyer, est l’expression la plus flagrante des conséquences humanitaires transnationales de cette guerre. Depuis mars 2011, on estime que plus d’un demi-million de personnes ont été tuées, plus d’un million ont été blessées et environ 12 millions (la moitié de la population du pays avant la guerre) ont été forcées d’abandonner leur foyer.

Le mouvement de masse des réfugiés et des déplacés internes a lourdement pesé sur l’économie et la vie de plusieurs pays de la région, tels le Liban et la Jordanie. La Turquie, pourtant bien plus grande que ces deux pays, a également dû consentir d’immenses sacrifices pour accueillir plus de 3,6 millions de personnes désespérées fuyant le conflit. Les flux de réfugiés sont devenus un problème majeur dans les relations entre l’UE et la Turquie, ce qui montre que ce conflit a des ramifications inattendues dans le champ de la politique internationale et qu’il a fait émerger de nouvelles divisions basées sur des critères internationaux, confessionnels, ethniques et de classe sociale. [...]