2018 - LE PARTAGE DES CHARGES : DE NOUVEAUX ENGAGEMENTS POUR UNE ERE NOUVELLE - 170 DSCTC 18 F rev.1 fin

Attila MESTERHAZY (Hongrie)

05 octobre 2018

L’OTAN s’emploie à mettre en place de nouvelles mesures d’adaptation ambitieuses de sa posture de défense et de dissuasion en réponse à l’environnement de sécurité international en rapide évolution. Parallèlement, les attentes vont croissant à l’égard de tous les Alliés de l’OTAN pour qu’ils investissent davantage dans la réussite de ces initiatives. Le plus fervent défenseur d’une augmentation des dépenses vient du pouvoir exécutif états-unien.
Le fait que les États-Unis attendent de plus gros efforts de la part de leurs alliés met une pression supplémentaire sur le changement d’approche déjà substantiel opéré au niveau du débat sur le partage des charges lors du sommet du pays de Galles de 2014, au cours duquel les Alliés se sont engagés à se rapprocher des 2 % du PIB consacrés aux investissements de défense d’ici à 2024. Malgré les critiques essuyées par la directive des 2 % pour cause de lacunes définitionnelles et conceptuelles, l’engagement pris au pays de Galles en matière de dépenses de défense a plus ou moins arrimé l’Alliance à cet indicateur de référence.

Dans ce rapport seront brièvement exposés l’historique du débat sur le partage des charges au sein de l’Alliance et les principales critiques formulées à l’égard de la directive des 2 %. Y sera ensuite présenté le niveau des nouveaux investissements de défense, par région dans l’ensemble de l’Alliance. Enfin, le rapport conclura sur une tentative de mise en exergue de la valeur qui pourrait être retirée si tous les Alliés s’efforçaient de procéder à de nouveaux investissements de défense productifs, et sur une présentation des différentes mesures  que les parlementaires des pays membres de l’OTAN pourraient prendre pour augmenter leurs apports, étant donné que les discussions concernant le partage des charges continuent de gagner en importance au fil de l’année.