2018 - CONSERVER L'AVANCE S&T DE L'OTAN - 183 STC 18 F rév1 fin

Leona ALLESLEV (Canada)

19 octobre 2018

La commission des sciences et des technologies (STC) a noté avec inquiétude que l’avance technologique de l’OTAN était en train "de s’éroder ".
Elle redouble par conséquent d’efforts pour repérer les obstacles qui empêchent l’Alliance d’atteindre ses objectifs et offrir un soutien politique pour remédier aux éventuelles lacunes. La plupart des Alliés commencent à comprendre l’importance de la préservation de l’avance scientifique et technologique de l’OTAN. Ce rapport indique cependant qu’il convient d’aborder le sujet avec la plus grande urgence. Si l’Alliance ne redouble pas d’efforts, la possibilité qui lui est offerte de s’adapter à l’évolution de la situation internationale dans le domaine de la sécurité ainsi que des sciences et des technologies disparaîtra rapidement. 

Selon ce  rapport, pour conserver son avance, l’Alliance doit poursuivre deux grands objectifs : premièrement, les membres de l’Alliance occupant une place de leaders dans l’innovation en matière de défense doivent conserver cette place ; deuxièmement, l’écart technologique entre les Alliés dans le domaine de la défense doit rester suffisamment faible pour que l’interopérabilité puisse le combler. Pour atteindre ces objectifs, l’OTAN doit veiller à ce que les ressources de sa communauté scientifique et technologique soient correctement utilisées, repérer rapidement les problèmes et diffuser l’innovation entre tous les pays de l’Alliance.

Ce rapport constitue un état des lieux de l’avance scientifique et technologique de l’OTAN, qui a été examiné lors de la session de printemps de l'AP-OTAN à Varsovie (Pologne), puis lors de la session annuelle qui s'est tenue à Halifax (Canada) en novembre 2018, où il a été adopté. Dans ce document, la rapporteure espère répondre aux questions suivantes :

- Comment définissons-nous et mesurons-nous l’avance scientifique et technologique de l’OTAN ?
- Quel rôle joue l’OTAN pour préserver cette avance ? 
- De quels outils dispose l’OTAN pour remplir ce rôle ? 
- Comment l’exécution de la mission scientifique et technologique de l’OTAN est-elle évaluée ? 
- L’Alliance a-t-elle besoin de nouveaux instruments ou de nouvelles politiques pour préserver son avance ?