Commission des sciences et des technologies

STC
La commission travaille actuellement sur les rapports suivants qui seront adoptés à la 63ème session annuelle de Bucarest (6-9 octobre 2017). 

  1. Projet de rapport général : Préserver l’avance technologique de l’OTAN : adaptation stratégique et recherche et développement en matière de défense [174 STC 17 F] présenté par Thomas MARINO (États-Unis), rapporteur général
  2. Projet de rapport de la sous-commission sur les tendances technologiques et la sécurité : L’internet des objets : Promesses et dangers d’une technologie de rupture [175 STCTTS 17 F] présenté par Matej TONIN (Slovénie), rapporteur
  3. Projet de rapport spécial : La sécurité alimentaire et hydrique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord [176 STC 17 F] présenté par Maria MARTENS (Pays-Bas), rapporteur spécial

Membres de la commission
Directeur de la commission: Henrik BLIDDAL

Depuis sa création, en 1955, l’Assemblée reconnaît le rôle primordial des sciences et des technologies dans la préservation de la sécurité et de la prospérité des nations de la communauté euro-atlantique. Elle étudie les défis posés par les sciences et les technologies aussi bien que les possibilités qu’elles offrent afin de faire face aux défis de défense et de sécurité auxquels est confrontée la zone euro-atlantique.

La commission des sciences et des technologies (STC) se compose d'une sous-commission sur les tendances technologiques et la sécurité (STCTTS).

Les domaines de compétence de la commission des sciences et des technologies englobent :

  1. les politiques et activités scientifiques et technologiques présentant une importance civile et militaire pour la communauté euro-atlantique;
  2. les problèmes de sécurité posés par la prolifération de matières, de technologies et d’expertise chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, ainsi que leurs vecteurs et les mesures de non-prolifération prises pour y faire pièce;
  3. les aspects technologiques des mesures prises pour empêcher la prolifération d’armes classiques telles que les armes de petit calibre, les mines terrestres antipersonnel et les armes à sous-munitions et les aspects technologiques de l’élimination de telles munitions en toute sécurité;
  4. les problèmes et les possibilités inhérents aux nouvelles technologies en matière de maîtrise des armements, de non-prolifération, de désarmement et de vérification;
  5. le contrôle des exportations de technologies;
  6. l’incidence des nouvelles technologies militaires sur la stratégie et sur la conduite d’opérations militaires;
  7. les rapports entre technologie et terrorisme, y compris la question des technologies susceptibles d’être exploitées à des fins terroristes comme de celles qui peuvent être mises en œuvre pour lutter contre ce fléau;
  8. les activités spatiales civiles et militaires, y compris les aspects technologiques de la défense antimissile;
  9. le rôle des sciences et des technologies dans les relations internationales, y compris la coopération dans les secteurs de la recherche-développement et des technologies de pointe;
  10. les problèmes environnementaux d’ampleur internationale, y compris les changements climatiques, la destruction de la couche d’ozone, la protection de la biodiversité, la pollution transfrontalière, la sûreté nucléaire et l’élimination des déchets nucléaires;
  11. l’atténuation et la gestion des catastrophes naturelles et technologiques;
  12. la sécurité énergétique dans la zone euro-atlantique;
  13. les difficultés et opportunités liées au cyberespace, y compris la cybersécurité et la cyberdéfense, et l’émergence de nouveaux médias sociaux;
  14. les politiques visant à ce que toute personne, sans discrimination de genre, puisse prendre pleinement part aux travaux scientifiques et technologiques en matière de défense et de sécurité;
  15. la dimension du genre dans tous les domaines que traite la commission des sciences et des technologies.