Assemblée parlementaire de l'OTAN
AccueilNouvellesCommuniqués de presse 20172 mai 2017 - Malgré le 'Brexit', le Royaume-Uni reste ouvert sur le monde et engagé envers l'OTAN

Malgré le « Brexit », le Royaume-Uni reste ouvert sur le monde et engagé envers l’OTAN

Facebook
Twitter
Delicious
Google Buzz
diggIt
RSS

27 avril 2017 – Londres/York : Le Royaume-Uni reste un pays ouvert sur le monde, favorable aux échanges commerciaux et déterminé à continuer à jouer un rôle majeur au service de la sécurité euro-atlantique. C’est en ces termes que le ministre des affaires étrangères, sir Alan Duncan, a tenu à rassurer une délégation de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN. Des responsables gouvernementaux britanniques ont souligné la nécessité pour tous les Alliés d’atteindre l’objectif consistant à allouer 2 % de leur PIB à leur budget de défense et de consacrer au moins 20 % de ce budget à des investissements. Le secrétaire d’État à la défense, Mike Penning, a fait observer que le Royaume-Uni se prononçait pour un renforcement de la coopération entre l’OTAN et l’Union européenne, mais non pour la création en parallèle de structures de défense européennes.

Le Royaume-Uni est vivement préoccupé par l’attitude provocatrice de la Russie envers les Alliés, dont l’utilisation de moyens cybernétiques à des fins hostiles, a appris la délégation lors de sa visite. Il contribue en substance à rassurer les Alliés est-européens, notamment en prenant la tête de la présence avancée rehaussée en Estonie et en déployant des moyens militaires dans la trouée Suwałki, à proximité de la frontière entre la Pologne et la Lituanie. Les intervenants du pays hôte ont également critiqué l’agression russe contre l’Ukraine et les actes d’intimidation de Moscou envers les pays partenaires de l’OTAN.

Durant sa visite de quatre jours à Londres et à York, la délégation a entendu plusieurs exposés portant, entre autres, sur le problème posé par Daech, l’instabilité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, la lutte contre le terrorisme, ou encore, les politiques britanniques en matière de protection civile et de secours d’urgence. Les exposés ont été présentés à Londres devant la chambre des communes et au ministère des affaires étrangères. À York, la délégation a visité le Collège des plans d’urgence – principal centre de formation du pays à la résilience organisationnelle –, le quartier général de la 1re Division des forces armées britanniques et l’Université de York, l’une des plus grandes universités de recherche au Royaume-Uni. La délégation, qui se composait de 19 parlementaires de 12 pays alliés, comptait des membres des sous-commissions sur la gouvernance démocratique et sur les relations transatlantiques et était conduite par Lord Jopling (Royaume-Uni) et Øyvind Halleraker (Norvège).

Partager